La bicyclette rouge de Kim Dong Hwa ❤

la bicyclette rouge



Un des plus beau manwa que j'ai pu lire et que je place au même niveau que les œuvres de Taniguchi.



Histoires :


Des histoires courtes qui nous invitent sur les nombreux chemin de la campagne à la rencontre des habitants d'une petit village, Yahwari. On peur y croiser une bicyclette rouge. C'est celle du facteur qui circule lentement entre les maisons portant de doux noms croisant un peu de la vie et du cœur des coréens.

" Le conducteur de train et le facteur

Il existe beaucoup de points communs entre un conducteur de train et un facteur.
Le train emmène les gens jusqu'à destination avec un billet ...
La lettre est délivrée au destinataire avec un timbre.
Le train est un voyage physique que l'on ressent.
La lettre est un voyage mental que l'on réfléchit.
Le conducteur de train emmène les corps
et le facteur emmène les cœurs ...

Ils se ressemblent. "

Ce que j'en pense :


C'est juste magnifique ! Déstabilisant au départ car ce sont de courtes nouvelles dans une petite BD pas forcément ce qui m'attire le plus mais je suis allée vers ce manhwa car c'est une référence en Corée. Comme j'ai bien fait ! Une lecture qui m'a laissé un bien être et une paix intérieure lorsque je l'ai refermé.

La bicyclette rouge est celle de notre facteur qui circule sur les chemins à travers la campagne au fil de maisons au nom poétique et dans la vie de ces habitants. En effet, notre homme ne se contente pas de déposer des lettres devenues de plus en plus rares. Il cueille des poèmes chez l'un, apporte des nouvelles chez un autre, cueille des fleurs sauvage pour remplacer les mots qui manquent, ... 

Il joue sur le chemin, s'enrichit de mille et un parfum et offre le bonheur d'une présence à beaucoup.  Son amour pour la vie, la nature et les habitants de ce petit village est si profond qu'on se prend à les aimer également !

Un livre qui touche à l'âme !

Petits mots de l'auteur :


" Etre auteur c'est comme être facteur.

Tout près de chez moi se trouve une poste.
Une petite poste au mur de briques rouges, 
et décorée de plantes vertes grimpantes.

Quand je passe devant la poste, un poème vient à mon esprit,
Quand je passe devant la poste, j'ai l'impression d'entendre une chanson.
Je me sens toujours bien quand je passe devant.

Souvent j'ai envie de recevoir une lettre de quelqu'un.
Je souhaite qu'elle soit sur un papier blanc, écrite en bleu.
Alors quand arrivent ces moments, j'écris moi-même une lettre.

Je n'écris pas grand chose. Je demande des nouvelles et j'y ajoute un poème.
Quand je me rends à la poste pour l'envoyer, j'ai l'impression de devenir riche.
Comme dans mon enfance quand j'allais à la banque pour y déposer
l'argent de poche que j'avais économisé.

                                                                              Octobre 202, dans la maison en bois ...
                                                                                   Kim Dong Hwa "


L'auteurs :


kim dong hwa

Auteurs coréen, né à Séoul le 11 novembre 1950. Il fait ses débuts dans la bande dessinée en 1975 avec Mon firmament qui sera suivi de nombreuses publications.

Il apprend la bande dessinée auprès d'auteurs coréens et se spécialise dans le genre sunjung (équivalent du shôjo). Puis, il rédige des contes.Dans les années 1990,il porte son intérêt vers des récits pour lectorat adulte et ce sont ces récits qui le font connaître au public francophone à partir de 2005.

Il est considéré en Corée comme l'un des plus brillant auteur de sa génération.

Rendez-vous cette semaine chez Stéphie pour notre mercredi c'est BD !

" La bicyclette rouge " est paru en 2005 chez Paquet








33 commentaires

  1. J'en avais fait un coup de coeur. Il y a quatre tomes, je crois!!!

    RépondreSupprimer
  2. malgré ce que tu en dis, je passe mon tour :)

    RépondreSupprimer
  3. j'adore cette série et plus généralement le travail de cet auteur qui est toujours très poétique. Il y a une grande douceur de vivre dans ses manhwa.

    RépondreSupprimer
  4. Un très beau souvenir livresque! J'avais beaucoup aimé aussi !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connais pas ce mot, "manhwa".. :-)

    RépondreSupprimer
  6. Un très bon souvenir de lecture. Ah le plaisir de recevoir une lettre. :) J'aimerais bien m'y replonger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est totalement le genre d livre qui vous rappelle ... !

      Supprimer
  7. Qui touche à l'âme, rien que ça ! Je suis curieuse de le feuilleter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Noukette, tu ne vas pas le feuilleter, tu vas le lire !! ;-)

      Supprimer
  8. Ooooooh voilà qui me plairait beaucoup ! Et comme dit Hilde, quel plaisir de recevoir une lettre, mais aussi d'en envoyer une, de penser les mots, de les écrire, d'imaginer leur destinataire... Quelque chose devenu rare
    Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sens que tu vas être plus que combler ! Je suis heureuse de l'avoir partagé !

      Supprimer
  9. Tu me fais très envie là, et il y a les deux premiers tomes à la bibliothèque :-)

    RépondreSupprimer
  10. Un livre qui touche l'âme et qui amène une paix intérieure, comment ne pas craquer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il ne faut surtout pas résister Gambadou !

      Supprimer
  11. Un livre qui touche l'âme et qui amène une paix intérieure, comment ne pas craquer !

    RépondreSupprimer
  12. J'adore cette série ! J'ai lu les 4 tomes avec le même plaisir, un vrai bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu les mères dimanche, le tome 3, c'était encore un régal !

      Supprimer
  13. Lu il y a fort longtemps... Mais je ne garde pas de souvenir précis de cet album (j'ai une période manhwa... mais elle est passée)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu dois avoir de belles références sur ton blog alors. Je regarderai ça !

      Supprimer
  14. Ton billet et les commentaires en dessous donnent envie d'aller y jeter un oeil (voire les deux) ! ;)

    RépondreSupprimer
  15. Je m'ennuie avec Tanigushi, alors je passe :)

    RépondreSupprimer
  16. J'adore ce genre d'histoire ! Un incontournable au même titre que Taniguchi dis-tu ? Pas le choix : je note !

    RépondreSupprimer