lacher prise miriam katin

C'est avec joie que je me suis replongée dans la vie de Miriam Katin. Après avoir découvert son enfance de petite fille juive de trois ans dans une Hongrie envahie par les nazis, à la fin de la seconde guerre mondiale dans l'excellent album : Seules contre tous.
 Dans : Lâcher prise, je l'ai retrouvée, âgée de 65 ans, vivant à New York au côté de son mari et apprenant avec désarroi  que son fils a l'intention de s'installer à Berlin. Réussira-t-elle à dépasser ses angoisses et rancœurs à l'écart du peuple allemand ? C'est avec beaucoup d'humour qu'elle nous fait partager ses sentiments et réactions face à ce nouveau défi qui s'offre à elle !

Miriam, 65 ans, apprend avec douleur que son fils, un  "pigeon voyageur" vient de rencontrer une jeune femme suédoise et compte s'installer à Berlin. Il souhaiterait prendre la nationalité hongroise de sa mère afin d'obtenir la nationalité européenne. Pour cela, il lui demande de remplir des papiers et par là même de se replonger dans un passé douloureux. Après une première tentative qui avorte, les souvenirs étant trop violents, elle réussit à passer le cap et décide d'affronter enfin les fantômes du passé. Elle ira jusqu'à rendre visite à son fils à Berlin, emplie d'images et de stéréotypes sur l'Allemagne qui ne correspondent peut être plus à la réalité ...

"J'exagère avec Berlin ? J'exagère, oui, j'exagère. La vérité, c'est que depuis soixante ans, environ, je me suis débrouillée pour oublier ..."

Le regard non dénué d'humour que l'auteur pose sur elle, rend cette lecture particulièrement agréable. Elle est d'une mauvaise foi totale, s'énerve pour rien, somatise complètement face aux pensées qui la dérangent mais très vite on la voit reprendre le dessus et se moquer d'elle-même. C'est une sacré personnalité à n'en pas douter, tout ce que j'aime. C'est beau aussi de constater que tout ce travail qu'elle fait finit par payer. Elle parvient enfin à trouver la sérénité qui lui manquait tant. Elle m'a fait sourire, m'a ému. Une jolie lecture !

------------------------------------------------
Editions Futuropolis
Traduit par Sidonie Van Den Dries
Janvier 2014
152 pages