L'assassin royal, tome 1 - L'apprenti assassin - Robin Hobb ❤

 

l-assassin-royal-l-apprenti-assassin

Une des références de la fantasy que je retardais en raison du nombre de tomes qu'il me fallait lire mais heureusement le pas a été franchi car il aurait été dommage de passer à côté de cette pépite.

Le récit :

A la cour de Castelcerf, siège le roi Subtil Loinvoyant régnant en maître sur les six duchés. Il est aidé en cela par son fils Chevalerie qui porte en lui les qualités de son nom mais qui va être exilé de la cour pour des raisons obscures. Son frère, Vérité, semble posséder les qualités pour succéder mais c'est sans compter sur les intrigues de son demi-frère Royal qui fait tout pour créer le désordre.

Fitz, qui a grandi dans le Nord arrive un beau jour dans cette cour et découvre qu'il est le fils né hors mariage du prince Chevalerie mais sa descendance ne va pas l'aider et il va apprendre de la façon la plus terrible à devenir un tueur au service du roi ...

Mon avis :

Ce livre possède tout ce que j'aime : un cadre médiéval, des intrigues de cour, un personnage complexe, à la fois naïf au début de l'histoire mais également particulier, curieux, tenace. J'aime particulièrement les personnages de second plan qui semble tous posséder des secrets et impacter le royaume de façon tout aussi importante que les Seigneurs.

L'univers est riche et particulièrement bien décrit ce qui fait qu'on peut sans peine se faire des représentations de chaque lieux. 

Il n'y a aucune longueur malgré la taille du tome. On ne souhaite qu'une chose c'est savoir à tout moment ce qui va se passer et les pages se tournent seule.

On se prend d'amitié pour Fitz qui, malgré les aventures qu'il vit, subit bien souvent la solitude de son statut. C'est au fond tout son apprentissage de la vie qui nous est conté. Un apprentissage de savoir faire, de maitrise de pouvoir magique et une construction de son identité qui fait de lui un personnage unique. Un personnage qui se tient sur le fil du rasoir en permanence qui trouve des figures paternelles pour l'épauler mais qu'il peut perdre à tout moment. On tremble pour cet enfant que la vie n'épargne pas mais dont on loue la force.

Au delà de ça, Robin Hobb a su comme personne le faire évoluer dans un contexte plus global et politique de royaumes à la fois interdépendants ou rivaux avec des noms évocateurs, des explications de certaines coutumes, ... dans lequel on ne se perd jamais. C'est du grand art !

Ne fais jamais ce que tu ne peux défaire avant d'avoir réfléchi à ce que tu ne pourras plus faire une fois que tu l'auras fait.

C'est un vrai chef d'œuvre !



Aucun commentaire