carbone et silicium bd bablet


Le nouveau chef d'œuvre de Mathieu Bablet est une sublime odyssée dans un univers qui bouscule notre humanité.


Le récit :

Carbone et Silicium sont deux androïdes nés dans un laboratoire de la Silicon Valley. Programmés pour ne vivre que 15 ans, ils vont survivre devenant les témoins de notre humanité future. Deux êtres nés de la même IA mais fondamentalement différents. Carbone est un être sédentaire, attaché à ses liens sociaux n'hésitant pas à changer de corps et de genre quand Silicium parcourt le monde inlassablement s'épanouissant dans la solitude et usant son corps jusqu'à la décrépitude totale. Des identités différentes, des points de vues différents sur le monde qui les entoure. Pourtant, toujours, ils se retrouvent pour, au final, réinventer et proposer d'autres voies possibles.

carbone-silicium-bablet


Ce que j'en pense :

C'est une œuvre d'une densité rare. L'auteur à passer quatre ans à l'écrire, la penser, la dessiner, jouant avec le temps car le monde évolue tellement vite qu'il est devenu périlleux d'écrire une histoire d'anticipation dans le domaine de la science fiction. Le pari est cependant réussi, emporté même haut la main et nous offrant enfin une nouvelle perspective qui change de ce qu'on voit habituellement tant dans le domaine de la science fiction que des dystopies.

Il y est question d'I.A et d'identité robotique avec toutes les questions philosophiques liées à l'individu. La particularité dans cette œuvre est que pour une fois les robots ne sont ni des sauveurs de l'humanité, ni les méchants qui vont nous exterminer. Ce sont des êtres, et à ce niveau là, l'auteur se rattache à une certaine vision déjà existante. Il suffit de penser à Ghost in the shell et je ne vous parle même pas de l'extraordinaire A.I. de Steven Spielberg.

carbone-silicium-bablet


Les êtres humains sont relégués au second plan, voir à distance. La distance ainsi crée rend le regard de Carbone et Silicium, témoins des catastrophes économiques, écologiques, ... bien plus percutant. L'inactivité de l'homme, fasse à tout ce qu'ont pu annoncer les scientifiques, est mis en exergue. Pourtant, dans ce monde en crise Mathieu Bablet nous montre la beauté de notre planète et nous présente une autre voie, qu'une vision ultra pessimiste de l'avenir.

C'est également un éclairage important mis sur la transhumanité et ses limites. L'auteur n'hésite pas à bousculer ses lecteurs en dévoilant la volonté  de puissants groupes, (les GAFAM) de vouloir prolonger la durée de vie de l'homme moyennant des richesses sans souci de la dignité des personnes qui restent.

La transidentité de Carbone quant à elle qui passe d'un corps et d'un genre à l'autre avec la plus grande fluidité interroge également sur notre capacité à vivre et supporter un genre qui n'est pas le sien.

carbone-silicium-bablet-planche


Je note également la force des illustrations aux teintes si particulières. J'ai aimé ces grandes plages silencieuses et pourtant bien plus bruyantes que certains mots mais les mots ne nous limitent-ils pas comme interroge l'auteur ? J'ai aimé ce temps particulier rythmé par les nombreux changements de lieux et de physiques de Carbone nous incitant à faire preuve d'imagination afin de combler les vides. Ces différences de temps numériques et réels.

Un livre conséquent aux multiples lectures dont je ne vous livre que peu de ce qui en fait la richesse. Beaucoup parle d'une histoire d'amour entre deux robots. J'y vois les deux facettes d'une même identité piégée.

" Tu appartiens à l'extérieur. Je te libère. "

Pour ma participation à :

" la BD de  la semaine " chez Stéphie 

Les avis de Noukette et de Mo .

Prix BD Fnac France Inter 2021

--------------------------------------------------------

Editions Ankama
Collection : Label 619
272 pages
Paru le 28 août 2020
Format : 24 cm x 32 cm