les confessions d un enrage otero

Il y a des couvertures auxquelles on ne peut résister. Ce fut le cas de celle-ci qui présentait un air de Sweet Tooth de Lemire que j'avais adoré. 


Tout commence au Maroc. Dans l'insouciance de l'enfance, Liam, un jeune garçon, a la chance d'avoir une vie douce, au pays du soleil et des sourires. 

Seulement voilà, un coup de griffe, et l'enfant contracte la rage. Les parents sont obligés de le conduire au pays, en France, et d'y rester. Liam, que ce déracinement va faire souffrir, ne sera plus jamais le même. Il y aura un avant et un après. En effet, surgissent en lui des pulsions de violence lorsqu'il est confronté à des injustices. Un effet secondaire de la rage ? Une névrose entretenue ? Ces pulsions agressives le rapproche un peu plus graphiquement en l'animal qui a été le déclencheur, en chat. 

Le fait est que notre jeune garçon, même s'il se défend d'y succomber, va entrer dans une spirale d'autodestruction dont on perçoit très vite la fin. Se punit-il ou punit-il son frère ?  Il devient un héros ambigu à la façon du Joker mais à un autre niveau. 

Graphiquement c'est sublime de beauté. Otero a un monde propre, sa propre patte c'est là qu'on reconnait un artiste. Il sait nous interroger sur la violence, les névroses, le statut de victime sans jamais juger juste en posant les faits. 

Un livre intéressant qui bouscule. Superbe !


Rendez-vous chez Noukette 
cette semaine

----------------------------------------------------------
Editeur Glénat
Collection : Mille feuilles
Ce livre est paru le 31 août 2016
128 pages