Un auteur que je rêvais de découvrir. C'est chose faite et je ne vais pas m'en tenir là ; je rêve de lire : Le soleil des Scorta et La mort du roi Tsongor.

C'est dans son palais de Babylone, un soir de fête, qu' Alexandre le Grand s'écroule terrassé par une fièvre qui ne le quittera plus. Un messager se hâte de revenir d'Inde pensant pouvoir redonner un souffle de vie à Alexandre mais celui-ci continue de s'éteindre. On va alors dépêcher aux confins de l'Empire une jeune femme, Dryptéis, de sang royal chargée d'amener auprès de lui son aïeule afin d'établir si il survivra.
Elle, qui ne rêvait que de fuir cet homme et plus encore :  l'Empire, trouvera en lui le seul homme capable de la comprendre et de la protéger. A la mort d'Alexandre, alors que ses généraux n'auront de cessent de se battre pour se partager l'Empire, Dryptéis, se joindra au cortège des pleureuses chargées d'accompagner Alexandre dans son ultime voyage ...

Laurent Gaudé s'est donc attaqué au Grand Alexandre mais sans faire de son livre un roman historique. En effet, celui-ci est peuplé de magie et Alexandre est dressé au rang de mythe. Pour ceux qui ont déjà lu Laurent Gaudé je suppose que je ne les surprendrai pas en disant que j'ai trouvé l'écriture de cet auteur particulièrement bien ciselé. Je dirai même que son écriture m'a enchanté tant dans les tournures que dans le vocabulaire employé.

J'ai également beaucoup aimé les lectures croisées, celle d'Alexandre et de Dryptéis,  j'apprécie particulièrement de pouvoir suivre le point de vue de deux personnages et leur regard à la fois différent mais  qui se croisent à certains moments sur l’histoire.  Il a pourtant manqué le petit quelque chose qui m'aurait fait totalement plonger dans cette histoire. Je suis restée en dehors face à certaines incompréhensions dans l'attitude et le comportement des personnages.  J'ai également été un peu freinée par l'absence de profondeur des personnages ce qui m'a empêché de m'identifier et m'a tenu un peu à l'écart de l'histoire. Je n'ai pas été submergée comme bien souvent tout cela me paraissait froid, décrit avec trop de distance. C'est une lecture  que j'ai cependant trouvé plaisante mais sans plus. Je reconnais cependant chez cet auteur une très belle plume qui me donne envie de découvrir ses autres romans.

Lu dans le cadre des rentrées littéraires 2012 chez Hérisson