Une des plus grandes œuvres classiques, cet immense roman gothique naît il y a 200 ans entre les mains d'une jeune anglaise surdouée de 18 ans, Mary Shelley,  donna naissance à un genre nouveau : la science fiction.

Né d'une compétition littéraire :

Mary Shelley se trouvait dans la villa Diodati, proche du lac Léman, en Suisse, entourée par son amant et des hommes de lettres. Le temps était à la pluie depuis plusieurs jours. Afin de pallier à l'ennui, Lord Byron lança l'idée d'un concours de création d'une nouvelle fantastique. L'idée poursuivit la jeune femme qui écrivit le récit d'un monstre pas comme les autres, suite à un cauchemar qu'elle aurait fait. Le fameux Frankenstein était né. Notons que ce même concours donna naissance à une nouvelle célèbre  : Le vampire de John Polidori. Les vampires étaient déjà présents dans la littérature mais Polidori popularisa le thème.

Une étonnante construction littéraire :

La construction littéraire qui semble décousue au premier abord a souvent été comparée à la construction du monstre lui-même constitué de différentes pièces. En effet, le livre est une suite de changement de points de vu ; on passe du récit de Walton, à celui de Victor Frankenstein puis du monstre, ... . Le récit se fait épistolaire, puis récit de voyage, journal, ... Pourtant, le tout reste harmonieux, les changements ne font qu'éclairer l'histoire. Un peu à la façon d'un scientifique qui aurait besoin d'évaluer en le frottant à différentes expériences. Sous le puzzle apparaît cependant la terrifiante histoire.

Le monstre :

Souvent confondu avec son créateur, le monstre n'a pas de nom. Il est appelé monstre ou créature alors que doué de parole, d'une redoutable intelligence et de savoirs et capacités hors du commun.

Le fossé est gigantesque entre son apparence frusque et ses connaissances. Sa soif d'apprentissage est sans égal et il va se former en lisant les grands classiques de la littérature. L'ironie est que non seulement cela ne le rapprochera pas des hommes mais il sera rejeté par des humains bien moins cultivés et surtout ne possédant pas ses valeurs. Pour Mary Shelley, la culture suscite la méfiance et le rejet. Ce rejet va faire du monstre un des premiers tueurs en série de la littérature. Les autres héros de son histoire sont également progressivement rejetés dans leur quête de réponse que ce soit Victor Frankenstein qui se consacre à la physique ou Walton à la recherche du Pôle Nord. 

Le rejet est plus violent pour le monstre que l'on juge sur son apparence hideuse. Le physique serait-il le reflet de l'âme ? Quelle ironie là encore ! 

Il est vrai que le monstre crée par Frankenstein est effrayant mais non pas parce qu'il est constitué de pièces disparates mais parce qu'il est le reflet de ce qu'un homme peut produire par passion. Une passion qui ne tient plus compte des risques, des valeurs morales et humaines et qui peut vous conduire à la folie... C'est peut être pourquoi ce récit garde toute sa modernité.

C'est aussi l'histoire d'un être éclairé recherchant l'acceptation de son créateur, un peu de sa bienveillance car sans ce regard positif et bienveillant du géniteur que peut devenir un être livré à lui même sur cette terre ? 

Un roman hautement philosophique que les films ont souvent réduit à une histoire d'horreur, mettant en avant un monstre à l'état de bête gémissante et grommelante, faisant fi de l'être éclairé qu'il était, que Mary Shelley était ...

Un grand livre !


--------------------------------------------------------
Edition Folio SF
Paru en 1819 la première fois