seule bd ricard efa

Dans l'Espagne de 1936, Lola âgée de 7 ans se retrouve prise dans la tourmente de la guerre qui la jette sur les routes seule. Loin d'être un récit de fiction c'est l'histoire de la grand-mère par alliance de Ricard Efa, illustrateur de l'ouvrage, qui vous est contée ici avec la collaboration adéquate de Denis Lapierre qui nous offre un scénario juste de détachement, douceur et contemplation de l'aberration de la guerre !

L'histoire nous est donc contée par une enfant de 7 ans, Lola, qui nous plonge dans le passé houleux de l'Espagne, à un moment où tout est encore jouable : la guerre est déclarée mais n'est pas encore perdue contre Franco. Lola ne s'en préoccupe pas vraiment. C'est quoi au fond la guerre pour une enfant de 7 ans à part quelque chose d'abstrait tant qu'elle ne la pas vu ou subi les conséquences directes ? Lola a, de plus, bien d'autres préoccupations comme la volonté de retrouver ses parents dont elle a été séparé depuis 3 ans. Ses grands-parents qui l'élèvent ont beau l'aimer, Lola rêve de ses parents et lutte chaque soir avant de s'endormir afin que la mémoire de leur visage ne s'efface pas. Puis, vient cette nuit où tout bascule, les bombardiers surgissent en pleine nuit crachant des éclairs de feu qui explosent autour d'elle. Lola fuit avec ses grands-parents, trouver refuge dans les montagnes proches avec quelques autres habitants du village. Les événements vont alors s'enchainer jusqu'à la jeter sur les routes d'Espagne à la recherche de sa mère ...

Une enfant peu ordinaire 

Souvent, en temps de guerre les enfants subissent. Lola, paie son tribut à la guerre également mais ne subit pas même si elle essaie de se conformer aux règles imposées par son grand-père , il lui arrive de prendre les rênes et on la voit ainsi à plusieurs reprises braver le danger souvent pour sauver autrui mais également pour trouver des réponses. Elle n'est pas pour autant inconsciente c'est même une petite fille à l'intelligence aiguisée qui s'affirme et se construit selon ses propres principes.

Le contraste de l'image et des sentiments

J'apprécie les récits où l'on perçoit un contraste que je trouve plus parlant que bien d'autres stratégies pour parler d'un fait. Le contraste entre la douceur des dessins de Ricard Efa dans un contexte de guerre, le contraste entre la douceur des mots de Denis Lapierre quand la violence cerne l'enfant, le contraste des émotions tendres et pures de la petite fille quand certains hommes semblent avoir renoncer à leur humanité. 

Une bien agréable bande dessinée !

------------------------------------------------------
Editions Futuropolis
Paru le 4 janvier 2018
72 pages en couleur