serena bd couverture

Adaptée du roman de Ron Rash, Serena nous plonge dans l’Amérique des années 30 et nous invite à découvrir une héroïne pour le moins fascinante grâce à un superbe scénario de la française Anne-Caroline Pandolfo et aux illustrations du Danois Risbjerg Terkel. Un western thriller qui tient en haleine comme jamais ! 


L'histoire prend racine dans l'Amérique de la Grande Dépression. George Pemberton, riche propriétaire d'une exploitation forestière dans les Smocky Mountains, revient de Boston avec une épouse, Serena. Dès la descente du train, on la découvre flamboyante, racée et dure. L'implacable Serena décide de participer avec une main de fer à l'exploitation des terres afin de soutenir son mari.


De quoi est-il question ?

C'est avant tout l'histoire d'une prise de pouvoir sanglante par une héroïne hors du commun qui symbolise à bien des égards le capitalisme sauvage. Serena est à l'opposé des héroïnes que l'on a l'habitude de côtoyer. Elle est dure, belle, implacable, impitoyable, violente, particulière et règne dans un monde où les femmes sont souvent reléguées à des tâches subalternes. Elle prend le pouvoir avec une facilité et une aisance dans une telle société machiste qui pourrait forcer l'admiration. Mais on la déteste ; ce n'est pas une lady Macbeth contrairement à ce qu'on pourrait penser car elle n'a aucun remord. Elle ne sème que la ruine et la désolation sur son passage. Elle brille par sa méchanceté qui en fait un être qui reste fascinant. Elle s'enrichit quand d'autres s'appauvrissent et saccage la terre laissée en héritage et préservée pendant des milliers d'années. 


Pourquoi je l'ai aimé :

Le scénario est très bien ficelé. Au fur et à mesure que l'on découvre l'ambition démesurée de Serena le suspense s'agrandit car on ignore jusqu'où elle est capable d'aller d'autant qu'elle nous conduit de surprises en surprises. Le turn over des pages fonctionne à merveille !

La galerie des personnages secondaires m'a ravi et crée une profondeur au récit sans parler du coeur que constitue les ouvriers qui sont là et témoignent ce dont ils sont témoins et qui leur échappent malgré l'acuité de leur regard.

C'est une bande dessinée totalement cinématographique, qui reprend certains codes empruntés au western. Ainsi, la descente du train de Serena. Lorsqu'on la voit pour la première fois : elle se tient en arrière plan de son mari souriant, d'une grande beauté et juste en dessous un gros plan sur ses yeux vous frappe car vous faisant entrer de plein fouet dans un personnage mouvementé. 


Une grand moment de lecture. Un coup de cœur !

Notre rendez-vous de la semaine
 a lieu sur le blog de  Noukette !

-------------------------------------------------------------
Editions Sarbacane
Scénario : Anne-Caroline Pandolfo
Illustrations : Terkel Risbjerg
Public conseillé : Adulte
Date de parution : 7 mars 2018
216 pages
23.50 euros