la veille de presque tout victor del arbol

Quelle plongée que nous propose Victor Del Arbol ! C'est un univers bien particuliers que celui de cet auteur. Un univers et une histoire bien difficile à résumer car ce sont avant tout les histoires de plusieurs personnages dans différents lieux et à différents moments. Leurs points communs est probablement la souffrance et leur désir de rédemption.


C'est l'histoire d'une petite fille, Amanda, retrouvée morte par l'inspecteur Ibara qui va tuer dans un accès de rage son assassin et va vivre avec une conscience qui le ronge et lui fait porter chaque soir le revolver à sa tête.

C'est l'histoire de la mère d'Amanda, Eva Malher, riche héritière, un peu paumée se perdant dans des excès de luxure et de drogue afin d'oublier et faire taire sa conscience et tout amour pouvant la blesser. C'est sans compter sur la rencontre d'un homme bien plus jeune qu'elle mais atteint d'une folie autrement plus importante.

C'est l'histoire du vieil Oliviero qui tente de protéger Eva et dont l'amitié avec Mauricio s'est brisée lors de la dictature en Argentine. L'un devenu bourreau, l'autre victime.

Les personnages sont particulièrement fouillés et profonds. Les questions se soulèvent : comment surmonter l'horreur du passé et apprendre à vivre ? La vengeance efface-t-elle et aide-t-elle véritablement à mieux vivre ? Le pardon n'est-il pas la solution ?

L'écriture est belle et emprunte de poésie. Certaines scènes sont marquantes et nous laissent des images fortes. Un livre à ne pas mettre entre toutes les mains.

Editions Acte Sud
307 pages
Traduit de l'espagnol par Claude Beton
Date de parution 2017 (France)