ON DIRAIT VRAIMENT LE PARADIS - JOHN CHEEVER



J'ai choisi ce livre à sa couverture. En le retournant, la quatrième de couverture loin de me décourager vantait les mérites de l'écrivain John Cheever, chef de file de l'école dite du New Yorker, écrivain culte, célèbre styliste, encensé par des auteurs comme Philippe Roth ... Ai-je besoin de poursuivre ?


L'histoire est celle d'un homme d'un certains âge, Lemuel Sears, qui mène une vie paisible dans  Manhattan. Un jour qu'il se rend dans la petite ville de Janice dans laquelle il aime s'adonner à un de ses sports préféré qu'est le patin à glace sur l'étang, il se rend compte que celui-ci est sur le point d'être transformé en dépotoir. C'est en luttant pour sauver cet environnement cher à son cœur qu'il va croiser des personnages savoureux ... C'est aussi l'histoire d'une rencontre et d'un amour troublant ...

Ce n'est pas le roman le plus marquant que j'ai lu et pourtant je l'ai apprécié. D'une part, il se démarque de ce que j'ai l'habitude de lire. Il y a derrière ces personnages de fiction et cette histoires des éléments de vérité qui ne trompent pas. J'ai trouvé ces personnages alors qu'ils pourraient être à la une de certains artcicles de journaux attachant et puis et surtout il y a ce qui est dit ou "écrit" et ce qui est sous entendu que l'on ne perçoit pas tout de suite mais qui se dévoile progressivement sans jamais être totalement et directement émis avec tout ce que cela implique. Non je suis désolée je ne peux pas vous en dire plus.

Une agréable surprise !


Titre original : Oh What a Paradise it Seems !
Traduit de l'anglais par Laeticia Devaux
Editions : Joelle Losfeld
Date de parution : By John Cheever 1982
                              By Gallimard 2009

6 commentaires:

  1. Un auteur dont le nom est marqué dans ma liste à lire, un jour, un jour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les références d'autres auteurs sont souvent tentantes !

      Supprimer
  2. J'ai déjà entendu parler de cet auteur, mais je ne l'ai pas lu.

    RépondreSupprimer
  3. Tu ne peux en dire plus et pourtant cela suffit pour me donner l'envie de le lire et même avec ton petit bémol.

    Bon WE Cristie.

    J'adore la couverture aussi ! :-)

    RépondreSupprimer