L'homme qui aimait les femmes, cinéroman de François Truffaut


Ce livre est la mise en roman du scénario du film de François Truffaut : "L'homme qui aimait les femmes", sorti en 1977 avec Charles Denner, Brigitte Fossey et Nathalie Baye. C'est la première fois que je lis un livre tiré d'un film et non l'inverse et c'est avec plaisir que j'ai découvert le personnage de Bertrand Morane.
C'est loin d'être littéraire mais l'histoire m'a suffisamment parlé pour que je n'ai plus qu'une envie : découvrir l'oeuvre de François Truffaut, notamment ses plus grands films car à mon grand regret je n'en ai vu aucun. Ce livre aura entre autre eu cet effet positif d'ouverture à la filmographie d'un grand réalisateur !

Bertrand Morane est un amoureux de la gente féminine, un chasseur infatigable dont la vie est une quête éperdue des femmes qu'il croise, côtoie, rencontre. Une cambrure, un jeu de jambes, la douceur d'une chevelure, un parfum ... le lance dans la recherche d'une approche sensuelle et d'un plaisir qui seront les moteur de toute une vie. Son seul regret étant peut être  de ne pas avoir pu les goûter toutes.

Le livre est écrit à la première personne. Bertrand Morane devient donc narrateur et nous conte ses aventures dans cette ville du sud de la France qu'est Montpellier où il semblerait que se trouvent les créatures les plus sublimes qui soient ... Non, c'est juste que notre personnage aime toutes les femmes, qu'elles soient jeune âgées, mères ou pas, plus ou moins belles, ... C'est un véritable adorateur. Ses multiples histoires  dévoilent un homme qui loin d'être un séducteur ordinaire fuit les sentiments mais est d'une réel élégance. Il n'a pas recours au mensonge ou à l'hypocrisie pour parvenir à ses fins. Il annonce la couleur d'emblée et fait rêver par sa façon d'entreprendre et oser, de mettre du piment dans la vie de celles qui en manquent. Un homme qui au final a su aimer et pas simplement être aimé.

" L'amour voyez-vous c'est comme le chocolat ... On ne peut pas faire l'amour du matin au soir. C'est bien pour ça qu'on a inventé le travail. "


-----------------------------------------------------------
Flammarion 
Collection : Librio
1977
78 pages

1 commentaire:

  1. Je n'ai pas vu ce film ou alors il y a trop longtemps et j'ai oublié mais ça m'amuserait de le découvrir de cette manière...

    RépondreSupprimer