victor hugo aux frontieres de l'exil paturaud gil
Un choix heureux !

Je suis tombée un peu par hasard sur cette BD au salon du livre de ma ville. Quand j'ai vu le graphisme j'ai fondu comme neige au soleil et me suis précipitée.
J'ai depuis lu la série : Succubes illustrée par Laurent Paturaud et il n'y a rien à faire je suis fan de son trait. Il a l'art de mettre en valeur la femme comme rarement mais bref je m'égare

et vous allez me dire : "Oui mais Victor Hugo dans tout ça ?". L'histoire est peu commune, il faut savoir pour en avoir discuté avec lui et l'avoir lu qu'il y a derrière cette BD un grand travail de recherche sur la vie de ce monument et surtout la mort de sa fille Léopoldine. C'est une enquête policière teintée de fantastique mais qui soulève quelques interrogations : Et si ce n'était pas un accident ?

Nous sommes en 1882 et c'est un Victor Hugo déjà agé que nous découvrons en exil sur l'île de Jersey. Un homme abattu par la mort de sa fille et de son époux quelques années plus tôt et qui tente de réparer comme il peut ce sentiment de culpabilité qui le ronge de ne pas avoir été là. Il va jusqu'à se livrer à des séances de spiritisme. C'est au cours d'une de ces séances que sa fille va lui apparaître en demandant : "De profondis clamavi ad te : Père pourquoi les quatre innocents ont-ils  péris noyés ?" Pourquoi ce message ? Victor Hugo se lance sur le continent afin d'y mener son enquête dans un contexte politique agité ...

Comme vous l'avez compris les illustrations sont justes somptueuses. Il en ressort une ambiance romantique et d'une très grande sensualité auquel contribuent le ciel nuageux, la lueur des bougies, le brouillard qui règne ... Une atmosphère mystérieuse également teintée de spiritisme, qui nous dévoilent la société du XIX siècle et le Paris d'avant Haussmann. Quelques notes de poésie viennent agrémenter le tout ainsi que des références à l'art. 

Ce n'était pourtant pas gagné, l'histoire partant dans trois sens différents qui semblaient avoir du mal à se tenir. Le fil conducteur était cependant bien là et j'ai pris plaisir à découvrir un Victor Hugo plus humanisé. Ces défauts me le rendaient plus proche. Un Victor Hugo, séducteur mais destructeur, à la fois fidèle et infidèle, un homme dont le génie cachait la part d'ombre. Cette lecture a pu se prolonger grâce à un dossier très intéressant en fin de livre. Une bien belle BD !



Lu dans le cadre du mercredi c'est BD chez Mango

-------------------------------------------------------------
Editions Daniel Maghen
Date de parution : 2014
93 pages plus le dossier graphique