abelard la danse des petits papiers

Je dois être la dernière blogonaute à m'être enfin penchée sur le premier volet de cet éblouissant diptyque. Oui malgré tous vos avis enthousiastes, je ne sais ce qui m'a pris de me faire languir si longtemps ... Mais le craquage devait arrivée et ce fut un choc !

Dans un paisible marais, Abélard un innocent petit poussin passe son temps à pêcher ou jouer aux cartes avec ses amis. Cependant, ce havre si tranquille lui pèse par moment alors afin de donner un peu de piment à ses journées, il tire chaque jour de son chapeau un petit papier sur lequel se trouve écrit une maxime philosophique : "Si ce que tu as a dire est moins beau que le silence alors tais-toi". Ce même jour, il aperçoit entre les roseaux la plus belle créature qui soit, Epilie, et tombe amoureux fou. Apprenant qu'elle réside dans la maison voisine avec ses amis il s'arme de courage et s'en va lui offrir une fleur mais c'est bien peu aux dires de ses amis. Il faudrait pour elle au moins décrocher la Lune. Abélard tente donc la nuit suivante d'attraper la Lune avec son filet à papillon du haut d'un arbre ... Dépité, il tire un nouveau papier : " Si tu veux être apprécié, meurs ou voyage ". Notre poussin prend alors la route plein d'entrain ...

C'est un superbe parcours initiatique que suit notre fabuleux poussin. Sur son chemin, ils rencontrent des personnes bien différentes, voyoux, voyante, ... qui apportent déjà chacun une petite pierre à l'édifice de son destin. Puis, il y a Gaston, l'ours bourru, parfait opposé de notre héros qui jette un regard aussi désabusé sur la vie quand Abélard la regarde avec tant d'innocence. C'est pourtant ensemble qu'ils choisiront de poursuivre la route.

Renaud Dillies m'a totalement conquise. Ces dessins ont une poésie et une douceur sans pareil. Ils sont le complément indispensable de cette histoire réussissant à faire passer de très grandes émotions. C'est beau !

" Personne n'est innocent ! On est tous coupables de quelque chose ! Hommes, femmes, tous ! Sauf peut être les enfants. Mais les enfants sont des cons. "


Lu dans le cadre du mercredi c'est BD chez Mango
----------------------------------------------------------
Editions Dargaud
Date de parution
64 pages