Et je prendrai tout ce qu'il y a à prendre de Céline Lapertot

, , 17 comments

Charlotte a dix sept ans et a déjà commis l'irréparable puisqu'elle s'est rendue coupable de parricide. Sous la forme d'une longue lettre écrite au juge qui doit la recevoir, Charlotte explique comment elle en est arrivée là. Chapitre après chapitre, elle nous dévoile les événements marquants de sa jeune vie et nous fait découvrir l'horreur de ce qu'a été sa vie sous le joug d'un père tyrannique et pervers tout en expliquant pourquoi elle s'est tue si longtemps ...

Charlotte a sept ans et est heureuse de montrer à son amie sa nouvelle chambre dont elle est si fière. Tout ne serait que joie si il n'y avait déjà une ombre à ce tableau car la petite fille se garde bien de révéler que son père frappe régulièrement sa mère. Lorsque celui-ci rentre, Charlotte perçoit d'emblée que la journée s'est mal passée et connait la suite, elle va donc tenter de cacher le coup que son père ne manque pas d'infliger à sa mère mais son amie  pressent qu'il se passe quelque chose de grave et préfère fuir. Charlotte comprend qu'elle a perdu une amie et c'est furieuse qu'elle a le geste malheureux de se retourner vers son père les poings sur les hanches. C'est ce geste qui fera tout basculer. Dès lors, son père va s'appliquer à briser toute volonté de rébellion et s'adonner à ses délires de toute puissance. Charlotte est conduite à la cave et réalise que pendant qu'il lui préparait une belle chambre à l'étage avec le sourire dans le même temps, il installait un lit et une table pour elle dans la cave. Ce sera sa chambre, pour les dix années à suivre ...

L'histoire est si bien écrite qu'on la vit totalement autant dire que je n'ai pas lâché le livre avant la fin. Il n'y a pas de misérabilisme mais une prise de distance qui nous éclaire sur  bien des points et c'est ce qui est intéressant. Tout d'abord sur le statut de victime, l'héroïne refuse d'être considérée comme telle, on sent même une forme de mépris pour sa mère. C'est là qu'on se rend compte qu'effectivement il y a différentes victimes. Le fait d'être victime peut expliquer les choix faits mais pas toujours ... 

Un nouvel éclairage sur le silence des enfants victimes, pire sur la rancune des personnes qui tendent leurs mains et se trouvent face à un mur de silence. Autant dire qu'on ne peut pas rester indifférent. C'est dur mais on en sort avec de nouvelles perspectives et rien que pour ça je le conseillerai.

--------------------------------------------------------
Editions Viviane Hamy
Janvier 2014

17 commentaires:

  1. Il me tente. Je me doute qu'il est dur mais c'est intéressant que des écrivains s'emparent de ce genre de sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant est bien le mot en plus d'être touchant !

      Supprimer
  2. Merci pour ce bel article, je le note sans tarder !

    RépondreSupprimer
  3. Encore un livre qui semble intéressant mais remuant.
    Je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est remuant je ne peux pas dire le contraire ...

      Supprimer
  4. Hou là, pas sûr que j'arrive à le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dur mais quel lecture ! Maintenant il est vrai que j'ai besoin d'un peu de légèreté pour faire passer ...

      Supprimer
  5. Il ne faudrait pas enchaîner "Sauf les fleurs" et celui-là, ce serait plombant ! (mais bon, je le note quand même^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout ! A lui seul il est un peu plombant et il ne faudrait pas l’enchaîner avec une histoire triste effectivement. "Sauf les fleurs" est un livre d'espoir qui m'a fait sourire et m'a fait du bien, il est à l'opposé du plombant malgré la gravité du sujet ...

      Supprimer
  6. Un livre qui a l'air fort et marquant. Je ne dis pas non.

    RépondreSupprimer
  7. Tu me donnes envie de découvrir ce roman très fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le recommande chaudement Alex !

      Supprimer