D'acier de Sylvia Avallone

, , 10 comments

Il y a des livres qui vous prennent, qui vous clouent, qui vous scotchent sans que vous puissiez rien y faire celui-ci en est un ! C'est vrai qu'il a eu plusieurs prix mais ce n'était pas forcément une référence pour moi, c'est vrai que j'avais vu qu'il plaisait beaucoup sur la toile mais même si c'est déjà un indicateur ce n'est pas pour autant une assurance ...

Quelque part au bord de la méditerranée, non loin de l'île d'Elbe, ont poussé brutalement des usines d'acier et une cité de barres de béton, c'est Piombino. Heureusement la plage est là pour divertir la jeunesse grandissante qui en oublie la misère, les mères épuisées, les conditions de travail de l'aciérie, la violence, les pères démissionnaires, ... Les garçons rêvent de belles voitures alors que les filles s'imaginent en star de télévision. Anna et Francesca, presque 14 ans, sont les reines de ce royaume cabossé qu'elles illuminent de leur éclatante beauté et de leur amitié inconditionnelle ...

Il est question d'une amitié entre deux adolescentes qui se construisent et découvrent la vie. Le sujet n'est donc, à la base, pas follement original et risqué car il est toujours difficile de se glisser dans la peau d'adolescents sans que cela ne semble un peu surfait. Ce défi, Sylvia Avallone l'emporte haut la main. Elle écrit et frappe juste. Son récit est d'une richesse incroyable. Pour un premier roman, Sylvia Avallone, démontre une parfaite maîtrise du scénario. Elle distille le suspense et le rebondissement avec art et je n'ai pas pu m'empêcher de tourner ses pages jusqu'à la fin. J'aime quand l'histoire me happe à ce point mais au delà de cette addiction livresque ce qui m'a particulièrement touché c'est tout ce qu'elle nous délivre comme informations sur la société de Berlusconi. 

A Piombino, les femmes vieillissent vite car elles ne sont pas épargnées par la vie. La majorité rêve de faire un enfant ou de passer à la télévision. C'est cette sous-culture que dénonce l'auteure. Le regard que porte les hommes sur elles n'est pas reluisant, elles ne sont ni plus ni moins que des  marchandises, des objets de fantasme. La société ouvrière pour l'auteur s'est laissé totalement décerveler par la télévision qui sous Berlusconi passait son temps à montrer des jeunes femmes nues à tel point que les hommes ne voyaient plus les femmes qu'ils avaient à leur côté.

Puis, il y a la violence de la vie enchaînée à des machines, à travailler dans des conditions à la limite du supportable qui conduisent bien des hommes à vouloir s'évader dès qu'ils le peuvent de cette engrenage non pas de la meilleure façon qui soit. La drogue, l'alcool et le sexe devient leur réconfort et contribuent à faire d'eux des pions sur l'échiquier politique sans plus de force pour se révolter et réagir ...

C'est magistral !

Il a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Stefano Mordini que je compte voir rapidement.

-----------------------------------------------------
Editions Liana Levi
Traduit par Françoise Brun
Date de parution : 2010
387 pages


10 commentaires:

  1. Une vraie chronique sociale sombre et réaliste, c'est tout ce que j'aime. J'avais vraiment adoré ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus d'être prenant, il est hyper intéressant ! C'est tout ce que j'aime aussi !

      Supprimer
  2. Il me tente beaucoup celui-là et je voudrais bien le lire avant de voir le film ! J'avais noté, je surligne :)

    RépondreSupprimer
  3. Tu donnes envie de s'y intéresser !

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas du tout ! Mais je suis tentée maintenant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme ça quand on se ballade de blog en blog ! ;-)

      Supprimer
  5. Tu clotures bien l'année Cristie, par contre tu risques d'être déçue par le film, on est toujours déçu quand on a adoré un livre. Tu nous diras ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi ; c'est vrai que la plupart du temps on est déçu par le film mais j'ai vu la bande annonce et il a l'air pas mal du tout ! ;-)

      Supprimer