mauvais genre chloe cruchaudet

Autant le dire tout de suite, cette BD a été une vraie claque pour moi bien au delà du coup de cœur ! Un récit tiré de plus d'une histoire vraie et adapté de façon très libre de : "La garçonne et l'assassin" de F Virgili et D Voldman.

A la veille de la Première guerre mondiale, Paul fait la connaissance de Louise dont il tombe de suite amoureux au point de l'épouser rapidement, juste avant de s'engager. Pour lui, c'est une affaire réglée d'avance, la guerre ne durera pas et il pourra vite rentrer retrouver celle qu'il aime afin de vivre enfin sa nuit de noce ! L'automne arrive et Paul comprend que la victoire n'est pas pour demain. La vie dans les tranchées y est particulièrement dure. Paul semble pourtant avoir le ressort pour faire face, c'est lui qui calme son frère de combat en proie à une crise d'angoisse et non l'inverse mais justement la mort de ce frère dont il verra la tête exploser sous ses yeux sera celle de trop. 

Dès lors, il déserte et trouve refuge dans une chambre d'hôtel dans laquelle le rejoint Louise. Elle se charge du quotidien pendant qu'il s'enfonce doucement dans une déprime à ne pas pouvoir sortir de cette pièce. Un soir qu'il lui demande d'aller lui chercher du vin, Louise trop épuisée refuse et par défi lui tend ses bas. Il revêt donc les vêtements de sa femme et se faufille dans la nuit. Libre, pour la première fois depuis si longtemps ! Très vite, l'habitude va être prise de jouer ce rôle de femme allant jusqu'à en adopter la gestuelle, la retenue, ... L'illusion sera telle qu'il parviendra à se faire embaucher en tant que couturière avec en prime la joie d'être entouré d'une nuée de jeunes femmes dont certaines semblent être attirées comme par lui comme par un aimant. Après une soirée un peu trop arrosée  avec deux d'entres elles, Paul traverse le bois de Boulogne et tombe sur un couple qui lui fait des avances. C'est ainsi qu'il va découvrir la multitudes des pratiques sexuelles qui ont cours dans le bois ...

Louise m'a terriblement émue dans son rôle de femme délaissée ; mise au pinacle pour ensuite provoquer tant d'indifférence, ne pouvait pas me laisser indifférente. Pourtant, que n'était-elle pas prête à faire pour reconquérir l'homme de sa vie ! Quant à Paul, il mérite un roman entier. J'avais à la fois envie de le détester en ce que je le trouvais odieux et d'une arrogance inouïe avec Louise mais en même tant touchant. C'est au fond l'histoire d'un homme qui se perd progressivement car même si il est question de travestissement, Louis ne se sent pas femme avant ce défi. Il le fait pour fuir et se protéger, cela dure quelques années et qu'au bout de ce temps il ne sache plus vraiment si il est homme ou femme se comprend. La question se pose de savoir si il y serait parvenu sans ce défi, si il portait une part de féminité plus développée dès le départ ou pas du tout. En fait, je dirai que probablement car ce jeu qu'il jouait, il pouvait le laisser à la porte de la chambre, redevenir viril dès qu'il le souhaitait avec Louise mais il a préféré jouer à fond ce rôle. Par défi ? Parce que c'est quelqu'un qui allait jusqu'au bout de ce qu'il entreprenait ou simplement parce qu'il avait ce côté féminin en lui qui n'attendait qu'à être révélé ? Chacun l’interprétera comme il le souhaite mais constater le long processus de destruction de cet homme qui choisit de se brûler les ailes dans des chemins de traverse marque. 

Autre aspect intéressant du livre, le traitement et la représentation des corps. Le voyage se fait immédiatement. Les femmes ont des poses retenues, fermées, elles ont des formes généreuses. Les hommes sont nombreux à porter la moustache, ont une attitude ouverte, assurée. Le graphisme révèle une sensualité très sombre et question graphisme je trouve la couverture du livre particulièrement belle. 

Une grande claque !

Lu dans le cadre du mercredi c'est BD chez Mango !


--------------------------------------------------------
Editions Delcourt
2013