Dans un village de Mayenne, une maison au nom de Ker Ael est plongée dans le silence. Pourtant jour et nuit, sept amis en franchissent le seuil, ouvrant les volets, déposant des fleurs, remontant l'horloge suisse ou lisant à voix haute un poème. S'accomplit ainsi la promesse de sept âmes ne souhaitant que retarder le deuil de deux âmes sœurs. C'est l'histoire d'un mystère et d'une fraternité.

Il ne se passe presque rien dans cette histoire et pourtant le récit m'a happé et transporté dans ce village comme si j'y étais. Les personnages décrits semblaient plus vrais que nature, c'est ce qui fait la force d'un auteur de pouvoir à ce point nous emporter sans l'air d'y toucher. J'ignore si le fait que je connaissais plusieurs des endroits cités à contribuer à créer des images aussi précises mais je parierai surtout sur l'efficacité de l'écriture de Sorj Chalandon ... 

J'aime la langue de cet auteur et la poésie qui découle de ses mots. Ainsi que sa capacité à traiter de problèmes de fond par le biais d'habiles métaphores car il est avant tout question d'oublie et de mort dans ce livre des sujets ô combien universelle et qu'on ne peut ignorer mais sur lequel il est parfois bon de revenir ...

J'ai aimé cette fratrie liée par des liens quasi sacrés, qui se sont construits autour du couple de Fauvette et Etienne en grandissant dans leur sillage. Des personnages hauts en couleur, terriblement humains et particulièrement attachants comme ce Paradis qui porte sur lui les clés de toute une vie ...

Un auteur qui m'a totalement conquise et à qui j'ai envie de dire : encore ! 

---------------------------------------------------------
Editions Grasset et Fasquelle
2006
217 pages