Mon ange de Guillermo Rosales


Une fois n'est pas coutume je commencerai par vous parlez de l'auteur car il le faut pour comprendre au mieux cette oeuvre terrible.

Guillermo Rosales est un écrivain cubain né en 1949. A l'instar de son personnage, William Figueras, il a fuit Cuba pour trouver refuge comme beaucoup de compatriotes à Miami et porte sur "ces triomphateurs" un regard qui n'a rien de tendre. Considéré comme schizophrène dès son plus jeune âge, il va errer d'hôpitaux en foyers et finira par mettre un terme à sa vie après avoir détruit presque la totalité de son oeuvre. Il ne reste que deux romans  et quelques nouvelles.

Il y a dans Mon ange une forte teneur autobiographique. William Figueras, arrive la fleur au fusil à Miami pour ne rencontrer qu'une seule fois les membres de sa famille exilées qui ne veulent pas de ce canard boiteux qui entend des voix. Seule sa tante, l’hébergera durant trois mois avant de céder à la pression et de l'envoyer dans un "boarding home", sorte d'asile pour les reclus de la société. On sent pourtant bien qu'il n'y a pas sa place ce jeune homme intelligent, féru de littérature qui se promène avec son recueil de poésies anglaises mais rien ne peut arrêter la machine à broyer de cet univers hallucinant ...

C'est un roman bouleversant dont on ne se remet pas facilement et qui me hantera longtemps. Prendre conscience du sort de ces laissés pour compte et les voir se heurter à ses murs d'injustice et d'incompréhension les entraînant dans une spirale de folie et de violence sans aucun espoir d'en sortir ... C'est dur, révoltant, ça interroge ... Il fallait le vivre de l'intérieur, il fallait l'écrire !

"Je ne suis pas un exilé politique je suis un exilé total. Je me dis parfois que si j'étais né au Brésil, en Espagne, au Venezuela ou en Scandinavie, j'aurai fui tout autant leurs rues, leurs ports et leurs prairies"

Plus qu'un coup de cœur une claque !


---------------------------------------------------
Editions : Actes Sud
Date de la première parution : 1987
127 pages

24 commentaires:

  1. Un peu de littérature cubaine, je suis toujours preneur !

    RépondreSupprimer
  2. Aïe, aïe! Ça semble très dur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quand tu sais qu'il y a une part de vécu ça l'est plus encore mais ce n'est pas insurmontable !

      Supprimer
  3. Très intéressant, je ne connais pas cet auteur mais j'aimerais le découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que tu serais déçue ...

      Supprimer
  4. Je le note, pour plus tard, en ce moment je n'ai pas envie de me prendre une claque ! Quand apprendrons-nous à regarder autrement les gens un peu différents ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends, nous avons tous des moments comme ça ! ;-)

      Supprimer
  5. Une claque ? Et bien, j'espère que tu t'en es remise.

    RépondreSupprimer
  6. Il est dans ma PAL depuis des années, il faudrait que je l'en ressorte !

    RépondreSupprimer
  7. Pas trop envie de lire ça en ce moment... même si j'aime bien la littérature cubaine (je pense à Zoé Valdès).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux comprendre ... Je n'ai pas envie de choses sombres en ce moment non plus mais ce livre m'a tout simplement emporté !

      Supprimer
  8. un auteur que je ne connais pas...

    RépondreSupprimer
  9. Malgré cette présentation et le coup de coeur je ne me sens pas d'attaque pour un tel sujet en tout cas pour le moment.

    RépondreSupprimer
  10. Tu en parles très bien : ce titre et son contenu m'intriguent. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est littéraire, c'est intelligent, c'est vrai. Un livre comme j'aimerai en avoir chaque jour !

      Supprimer
  11. Un formidable bouquin cubain qui marque et continue de marque encore (j'ai du le lire de ça un ou deux ans).
    Il est devenu INDISPENSABLE à la littérature cubaine qui s'accompagne forcément d'un bon Havane (enfin bon, je sais pas, c'est pas vraiment mon truc) et d'une bonne bouteille de rhum cubain (là, je suis plus affirmatif !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un livre que je ne suis pas prête d'oublier. Il sera dans mon panthéon des dix livres que j'ai le plus aimé !

      Supprimer