cliches de bosnie aurelien ducoudray francois ravard

Voilà un livre comme j'aimerai en avoir chaque jour ! Lu dans un souffle, je l'ai trouvé à la fois extrêmement intéressant mais aussi émouvant. C'est donc une vraie réussite !

"De 1992 à 1995, la guerre avec les forces serbes causera plus de cent mille morts et le déplacement de près  deux millions de personnes. Trois années ensanglantées qui se finiront officiellement avec la signature des accords de Dayton, le 14 décembre 1995."

En 2004, Aurélien Ducoudray, photographe dans un petit quotidien local, tombe sur un article de presse qui parle d'une femme, Arlette, professeur dans un collège et qui organise chaque année un convoi humanitaire en direction de la Bosnie. Cette nouvelle agit comme un électrochoc, probablement lassé par la monotonie de son travail, il décide d'aller à la rencontre de cette femme en espérant la convaincre de l'emmener...
L'increvable, l'inusable, la pétillante femme de caractère qui se présente à lui l'embauche de suite suite au désistement d'un de ses bénévoles. C'est un pays blessé par la guerre et une population totalement démunie qu'il découvre ...

Au départ du convoi j'ai beaucoup souri en en découvrant les protagonistes entre l'ancien élève d'Arlette toujours un outil à la main qui voulait tout réparer, l'interprète qui passait son temps à faire des blagues douteuses, ... Seulement, après 1781 kilomètres, ce sont des personnes bouleversantes qu'Aurélien Ducoudray a découvert. Des personnes handicapées, ayant perdu tous les membres de leur famille, ... qui survivaient tant bien que mal au milieu du chaos et tentaient de se reconstruire dans un pays en ruine où la haine est toujours présente, où l'on peu acheter une kalachnikov dans la rue. Un pays qui a fait preuve d'une rare violence en se rendant coupable d'extermination raciale... Les témoins sont d'une grande dignité dans leur témoignage. L'insoutenable est parfois même juste sous entendu avec une grande humilité ce qui rend la lecture supportable et permet une distance nécessaire pour réaliser et réfléchir à ce qui se joue. Ces scènes étant suivies de situations cocasses, on passe vite du rire aux larmes. La lecture n'est pas pesante, on ne nous jette pas l'horreur à la figure. Non, tout est fait avec délicatesse c'est pour cela que je considère que ce livre est une réussite.

François Ravard a su mettre le témoignage d'Aurélien en images grâce à un beau graphisme en noir et blanc, très doux ... Il a mis en image à la fin de l'histoire les moments forts de ce périple.

Plus encore, on trouve un carnet de certaines photographies de Aurélien Ducoudray. J'ai reconnu certaines des personnes décrites ... J'ai refermé le livre, un peu chamboulée, plus riche de ce que j'ai appris mais aussi avec certaines questions qui ne se posaient pas avant ...

Un coup de coeur comme j'en veux chaque jour !


Cliché de Bosnie est publié en partenariat avec Amnesty international : "Cette traversée de la Bosnie révèle les violences commises pendant les années de guerre. Des violences qu'Amnesty internationales n'a cessé de dénoncer et pour lesquelles elle exige desormais justice et réparations. Parce que la dignité des victimes l'exige et que l'impunité des auteurs de crime de guerre est innaceptable."

Un grand merci à Evelyne des éditions Futuropolis !

Lu dans le cadre du mercredi c'est BD chez Mango !


-----------------------------------------------------

Editions Futuropolis
Date de parution : juin 2013