Le cheminot de Jiro Asada et Takumi Nagayasu


Le cheminot de Jiro Asada et Takumi Nagayasu, suivi de La lettre d'amour, mangas du mercredi
Ed : Panini Comics - 2007
 Un livre qui réunit deux histoires courtes et qui est devenu un best-seller au Japon. Je parlerai ici de l'histoire du cheminot car elle mérite un billet à elle seule. Puis je reviendrai dans un autre billet sur la lettre d'amour.

" Je restais sur le quai, au garde-à-vous, jusqu'à ce que ... le train ait disparu et qu'on ne l'entende plus siffler. Dans ces moments-là, on joue du sifflet au lieu de pleurer. On agite son fanion au lieu de taper dans un mur. On étouffe sa colère et sa peine. On se retient de hurler. C'est le lot des employées du chemin de fer."

Le cheminot est l'histoire d'un chef de gare, Oto, qui arrive à la retraite après une vie consacrée à son métier. Sa femme est décédée deux ans auparavant et leur fille n'a pas survécu. Depuis il vit seul comme chef de la gare terminus sur l'île d'Hokkaïdo. La ligne doit fermer après lui car elle n'accueille plus guère de monde. Son vieil ami, Sen, chef d'une gare voisine vient passer la nuit auprès de lui. Ils relatent tous deux d'anciens souvenirs. Dans la journée,  une petite fille tenant une poupée ancienne était venue frapper aux carreaux puis avait disparu. Or à minuit, une fillette de douze ans qui se présente comme l'ainée de la petite fille venant récupérer la poupée oubliée surgit brièvement. Oto se recouche sans savoir si il a rêvé. Le lendemain, une fois Sen parti, une jeune fille de 17 ans apparaît  l'âge qu'aurait eu sa fille si elle n'était pas décédée. Il va lui confier l'histoire de sa vie ...

Le personnage d'Oto est extrêmement touchant dans son humanité. Il est à la fois très doux, très prévenant vis-à-vis des autres,  consciencieux dans son travail, aimé et respecté par beaucoup et pourtant il vit avec la culpabilité d'avoir délaissé les siens au profit de son métier. Il semble à la fois inébranlable et si fragile qu'il m'a ému. Une jolie histoire portée par un des meilleurs Mangaka : Takumi Nagayasu et le scnénariste Jiro Asada maintes fois récompensé et dont ce livre lui a valu le préstigieux prix Naoki.

Une jolie découverte !

Lu dans le cadre du mercredi c'est BD chez Mango




12 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout mais tu m'intrigues. Je note pour la bibliothèque. avec un peu de chance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite de le trouver il vaut vraiment le détour !

      Supprimer
  2. Oui pareil je note pour la médiathèque ! Il est récent ? Il me semble l'avoir vu passé ... sur la toile ou sur un quai de gare !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas du tout. En fait, il date de 1999. Depuis ils en ont fait un film et il est classé dans les livres culte au japon.

      Supprimer
  3. Tiens, tiens... Pourquoi pas ? Mais comme je ne me suis toujours pas lancée dans le manga...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon premier Noukette et c'est sans regret. J'étais un peu réticente au départ, j'avais peur d'être gênée par le sens de lecture mais on oublie très vite quand on est happé par l'histoire !!

      Supprimer
  4. "Culpabilité de laisser les siens au profit de son métier" est notre remord à tous. Mais vaut-il mieux mourir avec des regrets ou des remords, moi j'ai choisi la seconde solution...

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connais pas non plus, mais n'étant pas trop fan d'histoires courtes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un bel album, vraiment, que j'ai beaucoup apprécié également.

      Supprimer
    2. Oui je me souviens avoir lu ton billet ^^

      Supprimer