La nuit tombée d'Antoine Choplin

, , 6 comments

Ed : La fosse aux ours - 2012 - 128 p

"C'est un sacré troupeau dit Gouri alors que les dernières vaches s'éloignent.Il parait que c'est le plus gros de la région, dit la fille. gouri grimpe les trois marches vers la porte du magasin et elle s'écarte pour le laisser entrer.il y en a qui disent qu'il faut pas boire leur lait, dit encore la fille. Qu'il est contaminé. Et, à côté de ça, y'en a d'autres qu'en boivent tous les jours en disant que tout ça c'est des balivernes.Gouri regarde la gamine et lui sourit.Un drôle de mot, baliverne, il fait.Elle le fixe avec curiosité."

Gouri quitte Kiev après avoir attaché une remorque bricolée à sa moto. Très vite on se rend compte à travers certains mots comme zone ou contamination que ce n'est pas une ballade de plaisir qui l'attend. Il part pour Pripiat, ville où il a vécu avec sa femme et sa fille deux ans auparavant alors qu'il était ouvrier à Tchernobyl avant de devenir écrivain public, deux ans avant la catastrophe. Son but ?
Récupérer la porte de la chambre de sa fille, Ksenia, un symbole qui lui tient à coeur. Il traverse des villages qui sont de plus en plus abandonnés. Puis, il s'arrête chez son ami, Iakhov, un ancien liquidateur qui se meurt et sa femme Vera. Il y fait la connaissance d'un couple de voisin, revoit un jeune garçon qu'il avait connu et un ami. C'est un huis-clos dans lequel on entend les histoires et on perçoit les enjeux. Après leur dîner, Gouri enfourche sa moto et se lance de nuit à travers la forêt jusqu'à sa ville. Le silence est effrayant, les souvenirs affluent. Il retrouve l'appartement dans lequel il a vécu dévasté  pillé, la chambre de sa fille occupé par un corbeau. La peur, la tristesse le submergent mais il repart emportant la porte et s'arrêtant à nouveau chez son ami au petit matin afin de l'aider à écrire une lettre d'amour à sa femme, une lettre de réconfort et d'espoir. Puis par une belle journée quitte la maison sans faire de bruit.

C'est une lecture qui secoue. L'auteur a une écriture tout a fait particulière faite de phrases courtes. Cela donne au livre un côté percutant, vrai. C'est l'horreur telle qu'elle est vécu et surmonté par beaucoup et pourtant dans ce champ d'horreur il y a de la beauté, de la poésie, de l'amour, de l'art, de l'espoir parfois même quelques rares moments de joie. Un livre édifiant. C'est plus qu'un coup de coeur je sais reconnaître les livres qui ne cesseront de me poursuivre celui-ci en est un !

"la ruine est une chose, le vide infect installé désormais au revers de ces murs, une autre chose."

Lu dans le cadre du challenge organisé par notre Hérisson national !

6 commentaires:

  1. Tu me donnes envie de le découvrir. Je le note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que tu regretteras. De mon côté mon seul regret a été de le finir aussi rapidement (moins de trois heures) !

      Supprimer
  2. J'ai moi aussi beaucoup aimé ce texte absolument magistral !

    RépondreSupprimer