J'irai tuer pour vous - Henri Loevenbruck

Henri Loevenbruck renoue avec le thriller à travers  l'histoire vraie d'un homme un peu à part. Baroudeur, militaire puis en cavale, il va soudain se retrouver à travailler pour les services secrets français.




L'histoire :

Marc Masson est un individu au parcours peu commun. Longtemps attiré par les pays d'Amérique du Sud, il a, une fois devenu adulte, fui son pays et l'armée pour vivre une vie de baroudeur. Sa personnalité et les circonstances le feront à nouveau fuir et prendre des risques à l'extrême jusqu'à finir inconscient dans la forêt amazonienne après avoir bu l'eau du fleuve car c'était ça ou mourir. C'est ainsi que l'armée va le recueillir et lui faire une proposition pour le moins surprenante sachant qu'il est un ancien déserteur. La DGSE qui est un des organisme de service secret de l'état français a développé une branche dans laquelle travaillent des hommes "extérieurs". Pratiquement personne ne les connait et leur mission sont souvent à haut risque : des opérations homicides à l'étranger de gens que la République veut voir disparaître. Notre héros dont le moteur de vie a toujours été la justice accepte malgré la dangerosité des missions et du fait qu'il sera, si il est découvert, totalement abandonné par sa cellule. Tout cela se passe dans les années 80 qui sont rythmées par les attentats réguliers à Paris et plusieurs prises d'otage de nos concitoyens au Liban.

Verdict :

Le livre est d'une telle densité qu'il faut prendre le temps de le savourer et je me suis laissée ce temps car ça en valait la peine. L'histoire en elle même est pourtant addictive. On s'attache assez vite au personnage de Marc Masson pour sa profonde humanité que révèle ses ambivalences. 

"La solitude ne m'a jamais dérangé. Elle est un reposant exil où s'extraire des regards, et il faut souvent être seul pour être vraiment libre, ou au moins pour penser librement. Non pas que je n'aime pas mon prochain - au contraire, j'éprouve pour l'humanité une infinie tendresse - mais je ne ressens simplement pas le besoin de le lui prouver. Je n'attends rien de lui."

C'est un être possédé par la violence mais épris de justice et avec un sens de la dévotion peu commun. Un homme lettré qui aime de façon inconditionnelle. Ses mésaventures et sa relation avec une jeune libraire comme ses missions nous donne envie d'en savoir toujours plus. 

"En grandissant, au milieu des tumultes, la lecture ne m'a jamais quitté. J'ai toujours chéri les livres comme la plus grande richesse que les hommes puissent m'offrir. Je n'ai jamais possédé d'autre trésor que ma bibliothèque, jamais voulu m'entourer d'autres décors que celui de ces milliers de vies, de pensées, de paysages, à portée de main, offerts à chaque ligne à celui qui les lit, pour le prix d'une bouchée de secondes.
On dit que la lecture est un plaisir solitaire, mais celui qui ne lit pas est bien plus seul encore. Il lui manque le monde entier."


Le livre est découpé en chapitre assez courts et certains chapitres nous renseignent sur le fonctionnement de la DGSE, du gouvernement et de sa gestion en période d'attentat ce qui n'est pas sans rappeler notre actualité et donne une lumière de véracité au récit même si les époques, noms et lieux ont été changés. On en apprend beaucoup. Je tire également mon chapeau au travail qu'a mené l'auteur pour aboutir à de tels précisions. Une histoire incroyable qui m'a tenu d'un bout à l'autre même si elle s'est avérée dure à certains moments.

C'est un livre hommage de l'auteur à ces hommes de l'ombre d’autant plus que celui qui a inspiré le livre est décédé depuis. Ces grands intellectuels aux connaissances immenses mais aventuriers dans l'âme et qui n'hésitent pas à partir au combat. Un livre qui questionne en ces périodes troubles sur ceux à qui on est prêt à faire confiance et jusqu'où irions nous nous-même pour défendre notre liberté ?

Un énorme coup de cœur !


"En grandissant, au milieu des tumultes, la lecture ne m'a jamais quitté. J'ai toujours chéri les livres comme la plus grande richesse que les hommes puissent m'offrir. Je n'ai jamais possédé d'autre trésor que ma bibliothèque, jamais voulu m'entourer d'autres décors que celui de ces milliers de vies, de pensées, de paysages, à portée de main, offerts à chaque ligne à celui qui les lit, pour le prix d'une bouchée de secondes.
On dit que la lecture est un plaisir solitaire, mais celui qui ne lit pas est bien plus seul encore. Il lui manque le monde entier."


Résultat de recherche d'images pour "henri loevenbruck"

Editeur : Flammarion
Paru le 24 octobre 2018
640 pages


6 commentaires

  1. Jamais je n'aurais cru être tentée... mais après ce billet, j'hésite fortement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas forcément lectrice de thriller je comprends mais heureusement que je ne suis pas passée à côté de celui-ci !

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais lu cet auteur malgré la bonne impression qu'il m'a faite lors d'une rencontre sur un salon. Disons que j'ai tendance à me méfier de tout ce qu'on désigne comme "thriller". A tort sans doute, car vu ton billet, ce titre vaut le détour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerai beaucoup le rencontrer. Il sort totalement de la norme pour moi et ai entré dans mon panthéon. Autant dire que je n'en ai pas fini avec lui !

      Supprimer
  3. Un personnage qui a l'air intéressant. Je note.

    RépondreSupprimer