La 25e heure du livre : le salon du livre au Mans !


Un mois que je piétinais d'impatience à l'idée d'aller au salon du livre du Mans ... Cela a toujours été pour moi l'occasion de faire de superbes rencontres parfois hors des sentiers battus ... C'est d'ailleurs ce qui me plait le plus car il y a nos auteurs chouchous qu'on attend et à qui on a envie de crier notre admiration et d'obtenir quelques anecdotes et brèves de leur vie. Puis, il y a ces auteurs dont on a jamais entendu parlé mais qui soudain vous interpellent ... !

Samedi donc, cela commence fort : direction le bâtiment réservé aux bulles (vous commencez à me connaître !) et là, celui que je voulais absolument voir n'étais pas là : Kokor  n'arrivait que le soir par le train. Je surmonte donc la crise d'apoplexie qui me guette quand mes yeux tombent sur une couverture hallucinante : La fissure de Carlos Spottorno et Guillermo Abril ... Cette couverture est une photographie d'une très grande force. Pour une passionnée de photos et de bandes dessinées comment voulez-vous que je résiste ? Je m'empare du trésor et j'apprends que Carlos Spottorno est à l'étage. Me voilà partie le livre sous le bras à la recherche de l'auteur du trésor et là, grand moment avec lui qui n'hésite pas à partager son expérience de journaliste parti aux quatre coins de l'Europe afin de travailler sur les fissures externes et internes de notre Union Européenne et le pourquoi du choix de ce vecteur qu'est la Bande dessinée. Un grand qui malgré son expérience a su garder son sourire et sa simplicité. J'en reparlerai lors d'un post du Mercredi c'est BD !

Puis, mes pas m’entraînent vers la partie jeunesse et stoppent net devant Régis Lejonc. Alors là, comment vous dire mon ressenti ?! Cet homme fait les illustrations parmi les plus belles que j'ai vu. Je voulais depuis longtemps, très longtemps un livre dont Jérôme avait venté les mérites : Le phare des sirènes. Je m'en suis donc emparée et ai découvert la merveilleuse personnalité de l'auteur qui n'hésite pas à partager sur ses techniques, ses ressentis, sa façon de travailler, ... Une merveilleuse rencontre !

Je voulais ensuite absolument voir Gilles Marchand dont j'ai reçu le livre  : Un funambule sur le sable par le biais des Matchs de la rentrée littéraire. Cela me permettait de fournir un post un peu plus complet. Je l'ai trouvé touchant et n'ai qu'une hâte c'est plonger dans son univers ...

D'autres rencontres se sont faites entre passionnée de mots. La journée a été riche et je suis rentrée rompue mais heureuse !

Dimanche matin : Me voilà de retour. Kokor est enfin là et j'ai droit à une superbe dédicace accompagnée d'une charmante discussion sur la nature du don. J'ai récupéré une technique de peinture que je pourrai mettre en place avec mes élèves : The bonheur !

Direction l'espace roman afin de rencontrer le chef papou : Mundiya Kepanga mais il n'était pas présent à ce moment là j'ai un peu regretté de ne pas en avoir profité la veille. Ce chef Papou a travaillé avec National Géographique et quelques grands hommes politiques sur des questions d’environnement et de société mais il a également écrit un livre sur sa vision de l'homme blanc ...

Un peu plus loin j'ai fait la rencontre de l'auteur, Edouard Moradpour, qui a eu de multiples vies avant de devenir écrivain, un ancien publicitaire en France puis en Russie. Une rencontre inattendue. Un livre vers lequel je ne serai pas allée si je n'avais pas découvert l'homme qui m'a paru fascinant ... Ecrivain depuis 6 ans, il sort un livre par an mais j'ai acheté son premier qui est autobiographique même si romancé ...

Juste après a surgi Thierry Soufflard, ce globe trotteur qui voyage avec toute sa tribu et s'est posé temporairement au Mans le temps du salon. Là encore un homme charmant, riche d'une vie de découvertes et de partages.

De beaux et grands moments dans ce salon !
Et en supplément :

David Etien, le nouveau prodige de la bande dessinée qui a participé au tome 9 de la quête de l'oiseau du temps !
Un des personnages de Gibrat qui "pose" à côté de la cathédrale du Mans et qui n'aura pas manqué de faire sourire tous les manceaux !


Et une PAL qui augmente qui augmente !