L'appel du pied de Wataya Risa


Ce livre a été écrit par une toute jeune femme, Wataya Risa, 19 ans à l'époque et primé au Japon de notre équivalant du prix Goncourt, le prix Akutagawa. 

Pour la petite histoire, ce livre relate la vie d'une lycéenne Hasegawa qui vit difficilement sa première année de lycée car exclue des groupes que ne peuvent s'empêcher de former ses camarades. N'étant atteinte d'aucune tare, elle est plutôt une jeune fille sans compromission tel Antigone qui refuse de se plier aux diktats qui ne lui correspondent pas. Seulement voilà, Hasegawa n'est pas la seule a être rejeté, il y a ce garçon Ninagawa qui dort en classe et semble subitement s’intéresser à elle mais pour quelle raison ? Cela je vous laisse le découvrir si vous vous lancez dans cette lecture.

"Mais, si je m'efforce de m'effacer ainsi le plus possible, en même temps j'ai peur de m'apercevoir que j'ai complètement disparu."

L'écriture est d'une grande sensibilité. L'atmosphère du lycée parfaitement retranscrite et j'ai plongé avec délice dans ce monde que j'ai connu ou les personnalités se construisent et l'on se sentait tiraillé. C'est l'âge des premiers émois et notre héroïne n'y échappe pas sans le comprendre et c'est beau de lire cet éveil en toute innocence.

Cependant, et j'ignore si c'est lié au fait que ce soit un livre japonais, on y trouve un ensemble de choses dérangeantes qui ne peuvent que mettre mal à l'aise. De plus, il ne s'y passe pas grand chose  et j'ai fini par me tenir à distance petit à petit. Tout ce que l'on ne souhaite pas quand on lit.

Editions Philippe Picquier
Date de sortie : 2008
Titre original : Kerite senaka
Traduction : Patrick Honnoré



4 commentaires

  1. Tes impressions de lecture font que je ne suis pas tentée, malgré tout le bien que tu en dis.

    RépondreSupprimer
  2. Il était dans ma liste de souhaits aussi, de quelles choses dérangeantes tu parles ? A la limite le fait qu'il ne se passe pas grand chose ne me gêne pas trop, mais je veux bien des précisions sur le reste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention je spoile pour Galéa ... Ninagawa est fan d'une mannequin sauf que c'est devenu une totale obsession ... Un de ses plus grands trésors est la tête de son mannequin fétiche sur le corps d'une petite fille nue ... Là j'ai failli arrêter ma lecture mais l'auteure trouve je ne sais plus quelle excuse pour dédramatiser c'est quand même un peu limite. Surtout dans un ouvrage destiné à la jeunesse ...

      Supprimer