Le Zubial de Alexandre Jardin


Le Zubial est le surnom donné au père d'Alexandre jardin. Un être hors du commun dont Alexandre conte dans ce livre quelques unes de ses péripéties afin de nous faire comprendre et approcher ce personnage qu'il semble avoir été.

"Ce livre n'est pas un recueil de souvenirs mais un livre de retrouvailles. Le Zubial est l'homme que j'ai le plus aimé. Il m'a légué une certaine idée de l'amour, tant de rêves et de questions immenses que parfois, il m'arrive de me prendre pour son héritier."

Pascal jardin est un être qui refuse de se laisser gouverner par ses peurs. Il a besoin d'être en permanence tel un trapéziste sur un fil avec la crainte de la chute mais ces situations il en est le grand coordinateur tant dans leur mise en place que dans leur aboutissement et sa grande affaire est sa passion pour les femmes. Pour elles il se veut Dartagnan, politicien, artiste, ... Il a le don de deviner leurs aspirations profondes et les révéler à elles même. Il est celui dont on ne se remet jamais car un être extraordinaire au côté de qui tout paraît merveilleux. Les anecdotes livrés par Alexandre sont assez révélatrices sur le sujet. Il fallait bien qu'il soit hors du commun pour que plusieurs femmes de sa vie acceptent de tirer un trait sur leur jalousie et décident de se réunir chaque année lors de l'anniversaire de sa mort afin de lui rendre un hommage toujours renouvelé.

Je ne vous cache pas que ce livre est une relecture pour moi qui ne m'a pas du tout laissé la même impression que la première fois. Autant je trouvais le personnage absolument fantastique me faisant réfléchir sur nos possibilités lorsque l'on décide de laisser tomber les conventions et que l'on ose enfin. Autant là, avec le recul, un certains malaise est né.

C'est son fils qui témoigne, son fils à qui il manque terriblement, la vision de cet être est biaisée dès le départ et la question que je me pose c'est où sont la douleur et la souffrance qu'il n'a pas manqué d'infliger pour assouvir ses passions car il y en forcément eu. J'ai donc été gênée par ce regard unique et biaisé qui ne semblait pas avoir pris de distance vis à vis d'un père qui semble avoir eu beaucoup d'emprise sur son entourage ...

--------------------------------------------------------------------
Edition Gallimard
Collection Folio
Date de parution 1997

18 commentaires:

  1. J'ai dû lire "le zèbre" et je n'avais pas été emballée, ni par le style, ni par l'histoire. Je n'ai pas été tentée de relire l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'ai goûté au fils au père et grand père ! ;-)

      Supprimer
  2. Jamais lu Alexandre Jardin,c'est un auteur qui ne m'attire pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ne suis-je pas étonnée ? ;-)

      Supprimer
  3. C'est très bizarre mais contrairement à notre Jérôme national, j'ai lu plusieurs livres d'Alexandre Jardin et il ne m'en reste aucun souvenir et cela n'est pas normal !!!

    RépondreSupprimer
  4. J'étais fan d'Alexandre Jardin il y a très très longtemps, il me faisait rêver. Depuis, j'ai découvert la littérature :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A sa décharge, les livres non littéraires peuvent nous faire du bien aussi !

      Supprimer
  5. Comme Violette, j'ai eu une période Alexandre Jardin, mais elle est passée... Toutefois, j'ai passé de bons moments à le lire !

    RépondreSupprimer
  6. Un auteur avec lequel je n'accroche pas.

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ai lu que Fanfan, mais je n'avais pas trop accroché... Là je viens de m'acheter Mademoiselle Liberté, à voir donc...

    RépondreSupprimer
  8. Tu m'intrigues avec ce livre et ce personnage, j'aimerais en savoir un peu plus, je le note :D

    RépondreSupprimer