seule contre tous miriam katin

Les témoignages sur la seconde guerre mondiale ne sont pas courants dans le monde de la Bande Dessinée alors que les récits de guerre ne manque pas. Il y a bien sûr le célébrissime Maus mais rare sont les témoignages de femmes durant cette période. Miriam Katin avait trois ans à la fin de la guerre et c'est avec une grande justesse qu'elle nous livre grâce au témoignage de sa mère ce qu'elles ont affronté pour survivre.

En 1944, à Budapest, Miriam vit seule avec sa mère dans un petit appartement, son père s'étant enrôlé dans l'armée hongroise. Lorsque les allemands arrivent, il leur ait demandé parce qu'elles sont juives de faire la liste de tout leurs biens pour se préparer à partir. Esther, la mère se doute que l'objet de la destination est autre que celle annoncée ; elle a eu vent de toutes ces disparitions de familles juives. Très vite, elle fait faire de faux papiers et fuient la persécution nazie. Se faisant passer pour une servante russe accompagnée de sa fille illégitime, elle trouvera refuge dans une ferme auprès d'un couple un peu rude mais ayant le coeur sur la main et pourtant leur vie de clandestinité les exposera à bien des tourments ...

Le récit est bouleversant, d'autant plus quand on sait qu'il est tiré d'une histoire vraie. La condition des femmes sur le plan général, était particulièrement difficile. Se retrouvant seules, elles étaient souvent la proie des hommes. La guerre faisant resurgir les instincts animals et la loi du plus fort. Tout n'est pas noir cependant, certaines personnes n'hésitent pas à tendre la main et la question se pose de savoir comment nous réagirions, nous, à leur place ? A la fin de la guerre, l'auteur a trois ans, son père les retrouve mais sa petite fille a bien changé ... Je n'ai qu'une hâte lire le deuxième livre de cette auteure, femme de 65 ans, devenue New Yorkaise et qui nous conte ce qu'elle est devenue !

" Et si maman avait brûlé ce Dieu ? "

Il faut savoir que les illustrations ne cachent rien des horreurs vécues. Une illustration qui alterne entre le noir et blanc pour figurer le passé et la couleur représentant le présent de l'auteur. Un crayonné parfois assez grossier d'où émergent pourtant très clairement les traits des visages parfaitement adapté à la réminiscence des souvenirs ...

Lu dans le cadre du mercredi c'est BD chez Mango !




-----------------------------------------------------
Futuropolis
Traduit de l'américain par Vincent Bernière
janvier 2014
132 pages
Seules contre tous a reçu le Grand Prix de la critique 2008 ainsi que l'Inkpot Award Comic-con International en 2007.