Emmanuelle au-delà d'Emmanuelle de Emmanuelle Arsan, Tome 1


Les éditions Belfond ont décidé de rééditer des textes érotiques cultes de la fameuse Emmanuelle Arsan, créatrice de l'Emmanuelle que tout le monde connaît ! Ce premier tome regroupe deux histoires : Les débuts dans la vie et Les soleils d'Emmanuelle. Je vais vous parler de la première (je me garde la deuxième pour plus tard!)

Les débuts dans la vie est l'histoire d'une jeune danseuse de 19 ans, Jade, qui rencontre un soir Roland, un homme sûr de lui, collectionneur d'objets d'art comme de belles femmes. L'alchimie opère de suite et Jade qui ne sait jamais totalement abandonnée dans les bras d'un homme en éprouve subitement l'envie. Roland va donc l'emmener avec lui au Costa Rica dans sa superbe demeure en bord de mer afin qu'elle puisse révéler toute sa sensualité, jouant auprès d'elle le rôle de Pygmalion ...

Pour être tout à fait honnête, cela a mal commencé pour moi. Au début de l'histoire, j'apprends que la mère de Jade est assez libre (aucun souci) sauf que cela fait jouir notre héroïne de l'espionner. Bon là ça m'arrête net. Désolé mais je ne nourris aucun fantasme d'inceste. Ensuite, elle rencontre Roland mais se refuse à lui le premier soir. Résultat, il fait l'amour à sa mère le lendemain et poursuit même lorsque Jade les surprend pour lui dire un temps plus tard : "Rien de ce qui fait plaisir n'est mal si ça ne fait souffrir personne. Souviens-t-en Jade.". Première leçon du monsieur alors qu'il la faite pleurer en batifolant avec sa mère. Si vous y comprenez quelque chose venez me l'expliquer !

Je me dis que c'est un livre érotique ce n'est pas de la littérature, l'important est qu'il remplisse sa fonction de livre qui se lit d'une main et bien ...... rien ! pas l'ombre d'un frémissement. Mon curseur est resté à zéro. Pour éprouver quelque chose, il faut que je m'attache au personnage ici c'est impossible puisque nous sommes dans une succession de scènes érotiques et que les personnages ne sont pas développés. J'ai même du mal à croire que cette histoire a été écrite par une femme. Une femme qui s'épanouit sexuellement et sensuellement est tout sauf une nymphomane et là on est plus dans quelque chose de cet ordre là que dans l'épanouissement sensuel et sexuel.

Tout n'est pas à jeter cependant, j'ai aimé la réflexion sur la liberté en amour et le partage et malgré tous ces défauts que je viens de citer il se lit d'une traite.

Merci à Babelio et aux éditions Belfond !

J'en profite pour participer aux rendez-vous de Stéphie !

Mardi-c-est-permis

16 commentaires:

  1. J'ai ce classique dans ma bibliothèque depuis des années dans une vieille édition héritée de mon grand père. Je ne l'ai jamais ouvert et j'avoue que ça ne me tente pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi à ta place je l'aurai déjà lu histoire de me faire une idée ! ;-)

      Supprimer
  2. Mhh, tu me fais peur... J'ai les deux premiers tomes dans ma PAL, et je compte les lire cette semaine. Nous verrons bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu auras peut être un meilleur ressenti que moi !

      Supprimer
  3. Même pas un petit titouillou ? pfff, décevant !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien, nada, même pas un début de ... :-(

      Supprimer
  4. Au moins, il y a une bribe de réflexion...

    RépondreSupprimer
  5. Ma mère l'avait dans sa bibliothèque... enfin, je l'avais découvert caché dans son armoire avec les deux autres volumes... je me demande s'ils sont toujours au même endroit ! :D
    sinon, dommage pour le manque de frissons...pourtant, ça rime aussi avec réflexion ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aurait peut être mieux valu que je commence par le texte de référence ... Je vais quand même lire l'autre et si il est de la même teneur je dirai adieu à Emmanuelle !

      Supprimer
  6. Pas l'ombre d'un frémissement...? Ben mince alors...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A me demander si la machine n'était pas en panne ! Elle a donné quelques à coups et plus rien ! :-(

      Supprimer
  7. Sourire...je passe donc...de toute façon je préfère l'érotisme via la bande dessinée ...Manara par exemple...que du bonheur...;-)))..bisous en passant...

    RépondreSupprimer
  8. Manara ??? Du bonheur ???? Je note ! ;-) Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Bon, vu ta critique, je passe ;)

    RépondreSupprimer