Le diable tout le temps de Donald Ray Pollock

, , 10 comments


Intriguée par l’article de la revue : Lire dans lequel on pouvait lire que ce livre était le meilleur de l’année 2012, je m’y suis donc plongée histoire de voir de quoi il en retournait. Effectivement, comme il est écrit dans le Washington Post :

« Voici un livre violent, obsédant, déchirant et vraiment excellent. Une chose est certaine : vous lirez chaque mot, du premier au dernier. »

Dans l’Amérique de la fin de la seconde guerre mondiale, un soldat, Williard Russel, revient traumatisé par ce qu’il a vécu de l’autre côté du Pacifique. De retour au pays, il a cependant la chance de rencontrer une belle jeune femme dont il tombe éperdument amoureux et qu’il épouse. Malheureusement, au bout de quelques années, celle-ci tombe gravement malade et Williard va tout tenter pour la sauver même si cela relève de la folie n’épargnant rien à son fils Arvin. Quelques années plus tard, nous découvrons un couple de sérial killer habitué à enlever les auto-stoppeurs croisés sur leur route ainsi qu’un prédicateur, Roy et son acolyte Théodore au lourd passé. Le même fil les relie jusqu’à croiser leur destin …

C’est une histoire particulièrement forte dans laquelle la violence, le vice et la perversité semblent être le quotidien de personnages qui auraient pu être ordinaires. Malgré cette part d’ombre et l’horreur de leurs actes, comment ne pas ressentir  un attachement pour eux car il y a à la fois de la fragilité et du désespoir qui ne peuvent laisser indifférent. L’auteur nous livre là des personnages dont la part d’ombre loin d’être cachée nous est livrée à l’état brut créant par la même une violence, voir un dégoût dont on a paradoxalement du mal à se défaire. On a besoin de connaître la suite, jusqu’où cela peut-il aller ? Quand l’horreur s’arrête-t-elle ?

J’ai été également surprise par la vision donnée des femmes dans ce livre, souvent de pauvres petites choses fragiles et influençables ne suscitant chez l’homme que ses désirs les plus pervers et finissant le plus souvent en victime de ces êtres vicieux. C’est à se demander où est donc passé l’humanité de ce monde lorsqu’on constate qu’au fond c’est souvent la loi du plus fort qui l’emporte.

La culpabilité est elle aussi présente face à une religion qui non seulement ne les sauve pas mais devient un outil de plus dans la logique du mal de ces âmes perdues suscitant nombre d’interrogations.

Un livre à lire ! Une réussite pour le premier roman de Donald Ray Pollock !

Lu dans le cadre du challenge organisé par notre Hérisson national !



-------------------------------------------------------
Editeur Albin Michel / Terres d'Amérique
Traducteur : Christophe Mercier
369 pages

10 commentaires:

  1. J'ai ADORE ce roman. Un gros coup de coeur de l'année dernière, c'est vraiment très fort !

    RépondreSupprimer
  2. Je note, je surligne, je souligne !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sourire ! Je pense que tu fais bien !!

      Supprimer
  3. Je l'ai mis dans ma LAL puisque c'est le roman de l'année selon Lire et les Inrock, je crois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Inrocks je ne sais pas mais dans la revue Lire oui c'est le livre de l'année !

      Supprimer
  4. Moi aussi je l'avais repéré dans la revus "Lire". Habituellement je ne lis pas des romans aussi noir, mais le meilleur livre de l'année, qui peux résister?
    Tu en fais une très belle description bravo. Natalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu craques alors que te dire à part : Belle lecture !

      Supprimer