Tess d'Urberville de Thomas Hardy

, , 5 comments

Ed : Albin Michel - 422 pages

Aucun prophète ne lui avait dit, et il n'était pas assez prophète pour se dire, que sa jeune femme méritait par son horreur du mal les louanges du roi Lemuel, puisque sa valeur morale devait être estimée non parce qu'elle avait accompli mais parce qu'elle souhaitait accomplir. Et, en considérant ce que Tess n'était pas, il négligeait ce qu'elle était, et il oubliait que l'imperfection peut être supérieure parfois à la perfection même.


Tess est une jeune paysane de la fin du XIX siècle qui vit dans le Wessex, en Angleterre. Son père apprend un jour qu'ils sont de souche noble et cela lui monte très vite à la tête ainsi qu'à sa femme Joan qui va n'avoir d'autre but que de s'en servir afin de grimper les échelons de la hiérarchie sociale. Elle envoie donc sa fille, Tess, chez une riche cousine de la branche familiale pour qu'elle en fasse une femme éduquée.
Cette femme n'apprendra jamais qui est réellement Tess car Tess ne s'en vantera pas et se verra tout de suite en prise avec le fils de celle-ci Alec Duberville qui aime alors à se livrer aux plus folles passions. Tess, dans son extrême jeunesse, ne se méfiera pas suffisamment de cet homme prêt à tout et c'est entachée qu'elle rentrera chez elle. Portant dorénavant le sceau de l'infamie elle essaiera de refaire sa vie au loin, y rencontrera un homme doux, Angel Clare, dont elle tombera passionnément amoureuse mais au soir de ses noces celui-ci la quittera apprenant la vérité. C'est alors que l'ombre d'Alec, cause de son désespoir, reviendra roder autour d'elle ...


C'est une magnifique fresque victorienne, avec des descriptions superbes de la nature. J'ai aimé la façon dont l'auteur nous dévoile la vie rude des paysans de ce temps.

Ce qui m'a cependant le plus séduit c'est l'histoire et la personnalité de cette femme, héroïne et victime, qui malgré tous les coups du sort s'acharne et subit dans l'attente du retour de son bien aimé allant jusqu'au bout d'elle-même sans se plaindre de l'injustice de cette situation. Une femme ayant une confiance aveugle dans le jugement de son mari. Une femme ayant la foi pour un homme qu'elle aime et qui lui sacrifiera tout. Que dire à part c'est beau, ça fait rêver mais aussi réfléchir car cet homme est avant tout humain. Il se trompe et est submergé de préjugés sociaux qui seront la cause de bien des maux chez Tess qui l'empêche d'apprécier sa femme à sa juste valeur. Méritait-il une telle foi ? N'aurait-elle pas mieux fait d'agir et de penser au mieux pour elle le temps qu'il réalise son erreur ? Pourquoi se punir si longtemps d'un pêché de chair ? Même si l'époque voulait que les jeunes filles restent pures jusqu'au mariage les tourments imposés semblent disproportionnés au vu de la "faute". 

J'ai adoré Alec si imparfait par rapport à Angel, pourtant si humain, et présent pour lui tendre la main quand elle en avait besoin. Bien sûr qu'il avait une arrière pensée, bien sûr qu'il utilisait des moyens sournois pour parvenir à ses fins mais au final il ne souhaitait pas la faire souffrir, il l'a voulait auprès de lui c'est tout. Malheureusement, elle ne pouvait être heureuse car elle ne l'aimait pas. Angel lui l'a volontairement fait souffrir car elle ne correspondait pas à ses critères. Il avait la capacité de la rendre heureuse mais cela était limite indépendant de lui. Il a agit par fierté par lâcheté et lui a infligé les pires tourments pour son semblant d'honneur. De nos jours et c'est là que ça devient intéressant je ne suis pas sûre qu'il serait le héros de l'histoire au côté de Tess !

5 commentaires:

  1. J'adore ce livre, lu plusieurs fois : un vrai bonheur de lecture. Et l'adaptation de Polanski est une vraie réussite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore vu le film mais comme pour les livres il est sur ma liste ^^

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais été capable de finir ce livre. Bon, le fait que j'ai voulu le lire en VO y est sûrement pour quelque chose. Impossible de suivre. Je devrai réessayer avec une version française mais j'ai beaucoup de réticences maintenant

    RépondreSupprimer
  3. j'ai aimé l'histoire que je connaissais grâce au très beau film de Polanski mais le lire a été différent car je n'ai pas apprécié l'écriture de l'auteur que j'ai trouvé trop "ampoulé".

    RépondreSupprimer