Le théorème de Kropst de Emmanuel Arnaud


Etant allée il y a deux semaines à un salon littéraire j'ai eu l'occasion de faire quelques rencontres. L'une d'elle (si on peut qualifier rencontre les deux mots que l'on s'est dit) était Emmanuel Arnaud que je ne connaissais absolument pas et pour cause, il signe ici son premier roman. C'est Linda Le elle-même qui m'a interpellé alors que je regardais son livre en me disant qu'il venait de recevoir le prix des coups de coeur de la 25 heure. (prix d'une association de la ville du Mans de professionnel et d'amateurs de littérature dont l'objectif est de permettre l'accès à la culture au plus grand nombre).
Bref, j'ai donc félicité son auteur qui contrairement aux autres écrivains qui prenaient plaisir à parler de leur livre m'a remercié très timidement et à replongé très rapidement dans son livre. Il semblait tellement mal à l'aise devant toutes ces sollicitations que j'en ai moi même été gênée et ai poursuivi ma ballade au milieu des livres sans avoir acheté le sien pourtant on parlait de lui dans tout le salon. Heureusement peu de temps après, une amie me l'a offert et j'ai pu me faire une idée de l'objet en question.


Laurent Kropst est un élève de Louis-Le-Grand dont la vie de taupin tourne autour de ses devoirs de physique, mathématiques, ... mais aussi de ses idoles qui occupent les premières places et qu'il a comme modèle. Son seul objectif est d'être bien classé pour intégrer l'X peut être un jour. Seulement voilà un jour il obtient un 3 en mathématiques, note qui remet en cause sa place même dans l'établissement, qui jette l’opprobre sur lui, qui le fait chuter dramatiquement, dans un classement où les places se jouent parfois à quelques centièmes de points près. Parallèlement, il rencontre deux filles d'hypokhâgne ainsi que leurs amis qui lui ouvre par le biais de la philosophie, de la littérature d'autres façons de percevoir les choses. Il prend conscience que tout ne tourne pas autour des mathématiques et lorsqu'on est un enfant issu du sérail comme lui, il faut parfois emprunter des chemins de traverses pour parvenir à faire marcher l’ascenseur social.


C'est un livre que j'ai pris plaisir à lire. Le personnage principal est attachant. On le sent tâtonner  se chercher et alors que la route était toute droite tracer pour lui, après qu'il ait essayé de se conformer à certains schémas de pensée. Sa mauvaise note joue le rôle de déclencheur et lui permet de prendre la distance nécessaire qui va lui permettre de rebondir et de s'épanouir. Grâce à ses nouveaux amis, la littérature et la philosophie il apprend à voir, à penser différemment et à développer ce don qu'il a pour les mathématiques. Il s'en éloigne pour mieux l'appréhender. Il prend du recul pour la première fois sur le monde qui l’entoure pour mieux l'affronter avec des armes dont on pourrait discuter mais qui sont celles qu'on lui laisse dans ce monde qui se veut impitoyable.

Emmanuel Arnaud est né en 1979, il a fréquenté les grandes écoles. Il vit à Paris et a publié des ouvrages pour la jeunesse. Le théorème de Kropst est son premier roman.

Je profite de ce livre pour m'inscrire au challenge des 1 % de la rentrée littéraire 2012. Ce challenge consiste à lire 1% comme vous l'aurez compris des sorties littéraires, challenge proposé par Hérisson, ce qui représente 7 livres à dévorer pour mon plus grand plaisir.

4 commentaires:

  1. Je le note. Cette timidité de débutant, je la trouve charmante. S'il a du succès, il prendra de l'assurance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le lui souhaite en tout cas. Pour un premier livre c'est plutôt réussi !!

      Supprimer
  2. Es-tu prêteuse???? tu deviendras ma bibliothèque préférée...

    RépondreSupprimer